Québec DIY

Partagez
Aller en bas
avatar
220plombier
Messages : 2
Date d'inscription : 28/05/2018
Age : 62

Le placage...Mais c'est très simple.

le Mer 30 Mai 2018 - 8:17
Voici un petit mode d'emploi que j'ai rédigé il y a déjà quelques temps et que certains auront pu voir ailleurs.


Le placage est certainement le type de finition qui permet le mieux d’obtenir un aspect final de vos enceintes acoustiques le plus proche de celui des réalisations professionnelles. Contrairement à beaucoup d’idées reçues, il ne s’agit pas d’une tâche très difficile et il est tout à fait possible d’obtenir de très bons résultats sans devoir disposer d’un outillage hors de portée d’un bricoleur moyen. Il n’est pas indispensable non plus d’être particulièrement habile. La seule condition qu’il est impératif de satisfaire est d’avoir une bonne dose de patience. Il est préférable de n’y travailler qu’une à deux heures par jour pendant deux semaines que de bloquer 4 jours pleins. Les temps de séchage des colles et des vernis ne peuvent être raccourcis, le bois a besoin de se reposer pour retrouver ses dimensions d’équilibre.
Le but de ce document est de faire partager à quelques enthousiastes mes expériences dans ce domaine. J’ai eu quelques loupés sur lesquels je ne m’étendrai pas, mais qui me permettent maintenant de connaître certaines erreurs à ne pas commettre. J’ai aussi réussi certains exemplaires dont je tire quelque fierté, sinon je ne prétendrais pas vouloir donner des conseils.


1. TYPES DE PLACAGES


1.1. Thermocollant
Le plus simple d’emploi, mais pour un résultat parfois décevant. En effet, lors du passage du fer à repasser utilisé pour l’application, le placage a tendance à rétrécir dans le sens de la largeur, et pour certaines essences à forts coefficients de retrait, cela peut provoquer des craquelures. Ainsi, le noyer dont les coefficients de retrait sont deux fois plus importants que ceux du teck sera plus indiqué pour de petites surfaces.
Petite astuce si des fentes apparaissent : pour les boucher, je confectionne une sorte de pâte à bois avec la sciure de ce même placage, obtenue lors du ponçage, que je mélange à un peu du vernis qui sera utilisé.


1.2. Non encollé
Mon préféré ! Ses avantages sont :

  • Prix bien inférieur au thermocollant. Toutefois cet avantage tend à fondre considérablement lorsqu’on prend en compte le prix de la colle qu’il faudra utiliser.
  • On peut encoller le côté que l’on veut, et ainsi réaliser des poses en miroir s’il est nécessaire de poser plusieurs lés. Cette pose est possible car les feuilles acquises ensemble proviennent généralement de tranches successives de la même bille. Le motif est donc quasiment identique d’une feuille à l’autre.
  • Nombre d’essences disponibles. Il suffit pour s’en convaincre de consulter le catalogue des établissement Marotte.
    Il présente quand même un inconvénient qui peut être bloquant pour certains :
  • Difficultés d’approvisionnement : il faut pouvoir acheter de préférences chez un fabricant, et il peut y avoir des contraintes du genre minimum de facturation de 10m² ce qui semble énorme. Il ne faut cependant pas négliger quelque facteurs importants dans le calcul de la surface nécessaire et bien prendre en compte les dimensions de la feuille de placage. On s’apercevra ainsi que les chutes risquent d’être beaucoup plus conséquentes que prévu. J’ai eu la chance de pouvoir plusieurs fois, il y a quelque années, me fournir directement après des établissements Marotte à Saint-Ouen . J’y ai, à chaque fois, été reçu dans l’atelier par des techniciens très sympathiques et ai pu obtenir aussi des échantillons substantiels qui m’ont permis de réaliser quelques modèles d’enceintes.

2. LA POSE DU PLACAGE NON ENCOLLE


Ne disposant pas de presse et n’ayant pas l’intention d’en acquérir une, le collage à la colle blanche (vinylique) est exclu. Cette colle est relativement longue à sécher (> 30mn) et étant composée d’eau en grande partie, le placage mouillé avec se gondole horriblement et il est nécessaire de maintenir une pression homogène et importante sur toute la surface. Les moyens nécessaires sont généralement hors de portée de l’amateur. J’ai essayé à mes débuts en posant dessus une planche de MDF sur laquelle j’avais empilé une épaisseur de bouquins d’une cinquantaine de centimètres, et çà n’a pas suffit ! Un autre inconvénient de ce type de colle est dû à la très faible épaisseur des feuilles de placage : si la colle traverse cette feuille, elle va en boucher les pores, empêchant ainsi la pénétration ultérieure du verni, et des taches seront alors visibles.
Le type de support à plaquer sera de préférence en MDF. Les panneaux devront bien sûr être propres, les champs correctement poncés et à niveau, les éventuelles têtes de vis totalement masquées. Personnellement, je préfère retirer toutes les vis, et insérer un tourillon à la place de chacune. Ces tourillons ne sont pas enfoncés totalement et poncés à raz des panneaux après séchage complet de la colle (attendre plusieurs jours). Il faut s’assurer que la surface à plaquer ne présente aucune irrégularité car malgré l’épaisseur du placage (importante si on la compare à celle d’une peinture), tous les défauts peuvent se voir après placage.


2.1. Petites surfaces (jusqu’à 10 x 30 cm)
Comme je n’en suis pas à une contradiction près, j’utilise de la colle vynilique, mais d’une façon un peu particulière. Cette colle a une particularité qui n’est pas présentée dans son mode d’emploi : elle peut être thermocollante ! Pour ce faire, il faut encoller les deux surfaces (placage et MDF à plaquer), puis laisser sécher séparément (24h). Le placage aura été préalablement immobilisé sur un support plat et rigide avec du ruban adhésif papier sur toute la périphérie afin qu’il ne s’enroule pas sur lui-même après avoir été mouillé par la colle, et l’encollage se fera plutôt en deux couches très fines pour ne surtout pas percer la feuille. Les surfaces ainsi préparées sont ensuite collées avec un fer à repasser. Il est conseillé de faire quelques essais sur des chutes pour déterminer la température idéale. Le contact entre panneau à plaquer et placage sera amélioré avec un marouflage énergique à l’aide d’une roulette de tapissier. Il est possible que quelques cloques se forment les jours suivant l’application. Un nouveau passage du fer à repasser pourra remédier à cela. Si aucune n’apparaît plus après une quinzaine de jours, tout va bien, vous êtes tranquille pour de nombreuses années.


2.2. Plus grandes surfaces
Pour les raisons évoquées au paragraphe sur le placage thermocollant, le fer à repasser est à éviter sur les grandes surfaces. Si plusieurs lés sont nécessaires, la pose devient alors extrêmement délicate. J’ai été amené à le faire une fois, et ai dû passer énormément de temps à essayer d’obtenir des raccords corrects.
La colle idéale pour poser de grands panneaux est la colle néoprène liquide. Moyennant quelques trucs, la pose se fait sans problèmes et le résultat est impeccable. Le matériel requis est simple et peu onéreux :

  • Une spatule pour étendre la colle.
  • Une roulette de tapissier.
  • Rouleaux d’adhésif crépon.
  • Une cale à poncer, différents papier de verre à grains fins.
  • Un cutter avec des lames de bonne qualité.
  • Une feuille de plastique de type Mylar d’une surface supérieure à celle du plus grand panneau à plaquer. Un autre type de plastique devrait pouvoir convenir, mais attention à sa résistance.
  • Beaucoup de patience
  • Un peu de soin

La pose d’un lé se fait en suivant ces étapes :

  • Couper le placage à la longueur de la zone à plaquer, en laissant une marge de un à deux centimètres. Le couper également dans le sens de la largeur, avec la même marge, s’il est plus large que le panneau à plaquer.
  • Poser l’enceinte avec la face à plaquer vers le haut, à environ un mètre de haut, et horizontale. Le positionnement de cette face n’est pas impératif, mais vous permettra de travailler dans une position plus confortable. L’utilisation d’un établi ou de tréteaux peut vous aider, la seule contrainte étant la stabilité de l’enceinte pendant la pose (vous allez devoir appuyer énergiquement pour maroufler).
  • Encoller les deux parties, placage et panneau à plaquer, avec la colle néoprène. Il faut bien étaler la colle avec la spatule, sans surépaisseurs, et surtout bien s’assurer qu’aucune zone n’a été laissée sans colle. 1cm² oublié et c’est la cloque assurée, avec de très grosses difficultés pour réparer les dégâts. Bien vérifier aussi les bords du panneau à plaquer. Une légère surépaisseur à cet endroit est préférable à un manque de colle.
  • Laisser sécher la colle conformément au mode d’emploi. Le temps requis est de l’ordre de la vingtaine de minutes.
  • Positionner la feuille de Mylar sur la zone à plaquer, en laissant libre une bande d’environ 5 mm sur toute la longueur du panneau.
  • Présenter le placage sur la zone à recouvrir. Le contact ne se faisant que sur la bande de 5 mm, le positionnement reste possible sans difficultés.
  • A l’aide de la roulette de tapissier, maroufler le long de la bande où placage et enceinte sont en contact.
  • Retirer la feuille de Mylar sur un à deux centimètres. Bien que non encollée, elle a tendance à adhérer fortement. Soulever éventuellement délicatement le placage pour y arriver.
  • Maroufler le long de la nouvelle bande dégagée.
  • Reprendre les deux dernières étapes jusqu’à pose complète.
  • Maroufler, maroufler, et maroufler encore.
  • Vous pouvez maintenant passer au même panneau sur la deuxième enceinte.

Si vous devez poser plusieurs lés pour recouvrir le panneau, vous pouvez procéder à la pose du suivant un heure environ après celle du précédent. Les étapes à suivre sont les mêmes, mais il faut penser à protéger le bord du lé déjà posé avec du ruban adhésif papier pour éviter des coulures de colle. Le début de marouflage du deuxième lé devra se faire en allant vers le lé déjà posé pour éviter l’apparition d’une fente au niveau du raccord.
Ne plus rien faire de la journée !
Le lendemain, vérifier la présence de cloques. S’il y en a quelques unes, ce n’est pas grave. A vrai dire, il est plus que probable qu’il y en ait. Reprenez la roulette de tapissier, et maroufler. Elles devraient en toute logique disparaître. Si ce n’est pas le cas, deux possibilités :

  • La colle a déjà complètement séché. Prendre le fer à repasser, et procéder localement comme pour du placage thermocollant. Ne pas passer le fer sur une surface trop importante ni plus longtemps que nécessaire pour ne pas retrouver les problèmes de retrait déjà évoqués. Cette méthode pourra être appliquée pour des cloques apparaissant dans les premières semaines après la pose, même après vernissage.
  • Il n’y avait pas de colle à cet endroit. Si la première méthode ne donne aucun résultat, c’est qu’on est dans ce cas. Il ne faut alors rien faire pour l’instant, une solution sera possible ultérieurement.

Avant de procéder à la pose d’autres panneaux, il faut maintenant araser le placage posé la veille. Si la découpe de la feuille et sa pose ont été correctement réalisées, vous devriez avoir 5mm à 1 cm de placage débordant sur tous les bords du panneau recouvert.

  • Recouvrez le placage sur tous les bord à araser d’un ruban adhésif papier. Cela permettra d’éviter des éclats.
  • Découper grossièrement à environ 1 mm du bord de l’enceinte à l’aide d’un cutter. Attention quand vous coupez parallèlement aux fibres du placage à ne pas laisser la lame se laisser entraîner trop loin. Il est aussi possible d’utiliser des ciseaux (genre Fiskars).
  • Terminer à la cale à poncer. Utiliser cette dernière toujours dans le même sens, sans jamais aller dans celui qui pourrait décoller le placage. Etant donnée l’épaisseur très faible des feuilles de placage et la faible dureté du bois comparées à celles de revêtements de type mélamine, le recours à une défonceuse avec une fraise à affleurer est franchement luxueux et ne vous fera pas gagner de temps.

Il est maintenant possible de procéder au recouvrement des autres panneaux, en suivant à nouveau toutes les étapes décrites précédemment. Ne pas négliger de prendre un minimum de précaution pour manipuler les enceintes partiellement plaquées : le placage est particulièrement fragile tant qu’il n’a pas été vernis.


3. FINITION ET REPARATIONS


Après avoir recouvert tous les panneaux à plaquer, il est nécessaire de vernir le placage. Je n’ai pas de conseils particuliers à donner dans ce domaine, sauf de vous recommander d’appliquer un minimum de trois couches. Il est impératif de poncer soigneusement à la cale à poncer ou à la ponceuse vibrante avant d’appliquer chaque couche.
Attention, s’il subsiste des cloques que vous n’avez pu résorber car étant dues à un manque de colle, le placage est très fin et il ne faudrait pas tout enlever au ponçage. Après la première couche de vernis, il va maintenant être possible de s’y attaquer. La méthode est simple et consiste, après avoir délicatement fendu la cloque au cutter, à injecter entre le MDF et le placage un peu de colle vinylique, éventuellement à l’aide d’une seringue. Ensuite il faut maintenir le contact en plaçant dessus successivement un morceau de film plastique type alimentaire, une pièce de MDF d’une surface légèrement supérieure, et enfin des objets lourds de façon à obtenir une pression suffisante. L’application de vernis préalable à la réparation est nécessaire pour éviter qu’en mouillant le bois avec la colle, le placage n’absorbe plus le vernis et que la cloque soit remplacée par une tache, ce qui ne serait guère mieux.
Dans les deux semaines qui suivent la pose du placage, il est possible que quelques nouvelles cloques apparaissent. Leur résorption sera facilement obtenue avec le fer à repasser et la roulette de tapissier. Comme il est préférable que ces interventions soient pratiquées avant la dernière couche de vernis car il y a risque de jaunissement de ce dernier à cause de la chaleur du fer, et qu’il est mieux de passer un léger coup de cale à poncer sur les cloques réparées, il vaut donc mieux attendre quinze jours avant de passer la dernière couche de vernis. Passées ces deux semaines, le risque de nouvelles cloques est quasiment nul.
Un dernier conseil : pour votre premier essai, faites vous d’abord la main sur un modèle d’enceinte de petite taille et de forme simple avant de vous attaquer à des réalisations de type Tannoy Westminter Royal.


Un dernier point pour éviter des ennuis futurs : si vous ne plaquez pas tous les panneaux d'une enceinte (dessous ou face arrière), les risques d'arrachement y sont assez importants, quel que soit la qualité du collage. Un astuce que j'utilise avec bonheur consiste à ne pas araser le placage tout de suite, et à remplir le congé d'Araldite (standard et surtout pas rapide). Pour ce faire, je retourne l'enceinte, placage vers le bas (attention à le faire reposer sur une surface propre et lisse, à ce stade il peut marquer facilement). Après remplissage de façon à avoir un bourrelet d'environ 2 mm, un petit coup de sèche-cheveux : l'Araldite devient ainsi beaucoup plus fluide et rempli le moindre interstice. Ensuite, séchage pendant 24 heures, puis ponçage.

Les deux photos montrent mon ampli pour casque et le support de ce dernier. Pose en miroir de type "petite surface" pour le support, et "plus grandes surfaces" pour les flancs de l'ampli. Essence utilisée : palissandre santos




avatar
pinnocchio
Messages : 2505
Date d'inscription : 25/03/2013
Localisation : Montreal

Re: Le placage...Mais c'est très simple.

le Mer 30 Mai 2018 - 9:37
Salut 220plombier,


Très bon guide et très utilise aussi! Merci pour cette belle contribution


A+
Do
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum